L’art contemporain se définit facilement, c’est celui que le non initié ne peut pas comprendre. Christian Brissart
Plus de citations...
Home page > Lectures > Nouvelles > Bastien Marié > Eplucheur d’ours en peluche

Eplucheur d’ours en peluche

Monday 23 February 2009, by Blackout

Les ours en peluche, beaucoup d’enfants en possèdent un voire plusieurs. Cet être de convoitise, lorsqu’il est exposé sur les étalages de magasins en période de noël, suscite une haine viscérale chez celui qu’on appelle l’éplucheur d’ours en peluche. Le regard attendri de tous ceux qui aiment ces objets de tissu n’est, pour lui, qu’une fascination désuète, héritée du XIXème siècle.
 
Loin de prendre conscience de la peine qu’il peut engendrer, cet homme a pour travail (c’est lui qui le dit) de transpercer, éventrer, émasculer, éborgner, égorger, écarteler et démembrer tout être textile qu’il rencontre. Cet emploi lui a d’ailleurs valu le refus d’accès à certains étages de grands magasins, ceux-là même où se réfugiaient les fameux « nounours », idoles des petits humains. Il est vrai que son attitude précocement pathologique a déjà inquiété de nombreuses mères de famille, l’ayant surpris, à la sortie des maternelles, alors qu’il effectuait ses gestes disgracieux. Au bout du compte, il n’a torturé, jusqu’à présent, qu’une centaine de bêtes, tant son action est visible et immorale aux yeux de beaucoup. Pourtant, sa cause est légitime, il veut rendre l’existence propre à chaque bout de tissu, rembourrage, bouton qui compose l’être superficiel vénéré des gosses.
 
Pourquoi le reflet de la lumière, dans l’œil de cette peluche, le rend si triste ?
 
C’est le bouton qui est triste.
 
Pourquoi cette représentation animalière est-elle si douce ?
 
C’est le tissus qui est doux.
 
Bref, l’ours en peluche n’est qu’une composition purement nécessaire à l’existence d’autres êtres, à leur soi-disant éveil mental : l’habitude bien humaine de se réfugier auprès de quelques icônes ou fétiches, sur lesquels on projette nombre de vertus auxquelles on ne peut que croire tant le vide existentiel ou cérébral de certains est grand. L’éplucheur d’ours en peluche effectuerait alors un travail de purification des symboles, laissant ainsi des petits êtres sans repères artificiels, sans valeurs préconçues, dont le comportement à venir ne serait plus que le fruit d’une expérience empirique et non d’un merdier culturel d’un passé transmis entre générations dégénérées aux discours des plus moraux.
 
L’éplucheur d’ours en peluche ne servait aucune cause, mais il le faisait bien.
 
Bastien Marié

Bookmark and Share

© Black-out

SPIP | | Site Map | Contactez-nous | Follow-up of the site's activity RSS 2.0
Conditions générales de vente | Black-out, tous droits réservés

logo region Limousin            logo crl