Pour lui, mûrir et mourir ne sont séparés que par le « O » et le « ^ » de « Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie, n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ! ». Pascal Forbes
Plus de citations...

Fabrice David

Friday 23 January 2015, by Blackout

Journaliste au service des sports de TF1 depuis 19 années, j’ai parcouru toute la France, du Havre à Marseille, de Sedan à Brest, assisté à des matchs de foot sur tous les stades, voyagé dans des bus de supporters, bu des bières seul dans des rades vides à Lorient ou Toulouse en plein hiver, dormi dans des hôtels de zone industrielle près des aéroports. Et observé, de près…
Première influence littéraire, dès l’adolescence : la collection SAS. Plus que par l’intrigue, je suis fasciné par la sensation de voyager au fil des pages, et de déambuler moi-même dans Kaboul, Mexico, Moscou by night ou les coupe-gorges de Serbie. Au milieu de personnages malsains, avides d’argent et de sexe, toujours intéressés et dépourvus de morale.
J’ai tenté, à mon tour, de plonger, avec le lecteur, dans les bas-fonds de la ville, ses coins sombres, ses personnages glauques… Même si mon univers n’est pas la planète entière mais la petite province française au milieu de nulle part.
Simenon m’a beaucoup influencé dans le choix de ses « héros ». Etres simples, aux instincts de base souvent mauvais, broyés par une vie triste et vide. La province de Simenon ou du cinéaste Claude Chabrol sont des décors parfaits pour faire ressortir la face sombre de la nature humaine. A condition que les lieux et les personnages soient décrits de façons presque chirurgicales, pour faire ressortir leurs cicatrices.
 
Son titre : l’Homme Gris

Bookmark and Share

© Black-out

SPIP | | Site Map | Contactez-nous | Follow-up of the site's activity RSS 2.0
Conditions générales de vente | Black-out, tous droits réservés

logo region Limousin            logo crl