Ève avait un nom à coucher dedans. Christian Brissart
Plus de citations...
Home page > Vitrine > Nouvelles Noires > Kalache - Palachak, Woolf > Kalache - Richard Palachak, Simon Woolf

Nouvelles noires

Kalache - Richard Palachak, Simon Woolf

Thursday 14 June 2018, by Blackout

Le premier recueil de nouvelles de Richard Palachak vient de paraître aux éditions Black-out, de la littérature noire pure souche, cynique, désabusée, violente, bourrée d’humour noir, et parfois si belle... Le tout ponctué de poèmes :
 
Crépuscule halluciné
Je sors de mon corps
Et m’évapore
Chaque nuit
Dans le charbon de mon âme constellée
A la recherche de ton astre en ballade
Et je rêve que tu me prends par la main
Et que tu m’entraînes
Du côté de la Krasnaïa Plochtchad*
Où nous dansons
Où nous nous aimons
Où nous existons
Enfin
Mon frère d’oubliance
Tu sais très bien que l’onirisme se meurt
Déjà
Et que le cauchemar du jour recommence
Car tu n’es pas là.
 
* Krasnaïa Plochtchad : Place Rouge en russe, graphie latinisée
 
12cm x 16cm, 194 pages, ISBN : 978-2-916753-44-7
10€ + 2€ de frais de port

Commander ce livre ?


En quelques clics via PayPal (préféré par la maison) :

Alternativement, par chèque :
accompagné du présent bon de commande
Libellé à l'ordre de Blackout, La Villatte 87220 Eyjeaux.


 
Photo de Simon Woolf, illustrant la nouvelle intitulée "Pour l’amour d’une putain".
 
Quatrième de couverture :
 
Je me traînais clopin-clopant derrière mes potes en me disant qu’au fond, j’allais peut-être bien finir mes jours ici, dans ce satané Stari Grad, errant de bar en bar en mendiant de quoi boire et fumer. J’étais attiré par une vie de clodo magnifique, dans le vertige et les flammes illusoires de la nuit serbe. Je brûlais d’un désir ardent de vie et de liberté, qui ne pouvait se consumer que dans le flamboiement de cette âme slave, crépitant au fond de mes entrailles marquées au fer rouge par la rakia et le paprikash. J’étais prêt à tout, tout perdre jusqu’à mon slip et tout envoyer bouler. Dans la fièvre hallucinée de ce crépuscule méridional, je n’avais besoin de rien hormis trois verres, deux tiges et un frangin.
[...]
Mes racines slaves me rappelaient à la maison. J’étais enfin chez moi. L’alcool coulait dans mes veines, la fumée me remplissait les poumons, le chant des sirènes inondait mon crâne, la langue de ma mère berçait mon cœur avec un long frisson de fièvre, les bras chaleureux de mes frères et de mes sœurs m’avalaient au fond d’un firmament à l’envers, jusqu’au sein de la terre, dans le magma honni de cette force slave qui fait rire de tout et pleurer de rien.
 
9 nouvelles illustrées par les photos de Simon Woolf.
Illustration de couverture d’Alexis Horellou.
 
Ce livre a reçu le soutien du Conseil Régional Nouvelle Aquitaine.
 
Pour lire les "Fragments de Nuit, inutiles et mal écrits" de Richard Palachak, suivez ce LIEN
 
 
 
 
 
Bookmark and Share
 
 
SPIP | | Site Map | Contactez-nous | Follow-up of the site's activity RSS 2.0
Conditions générales de vente | Black-out, tous droits réservés

logo region Limousin            logo crl