Pour lui, mûrir et mourir ne sont séparés que par le « O » et le « ^ » de « Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie, n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ! ». Pascal Forbes
Plus de citations...
Accueil > Ephéméride > Hier > Mai 2017 > Psychanalyse

23 mai

Psychanalyse

mardi 23 mai 2017, par Blackout

23 mai
 
Psychanalyse
De la violence, rebond
 
L’humus dégage un brouillard. Au bout d’une traînée de sang qui sèche, un homme nu, vautré sur le ventre dans les fougères. Une plaie au côté a cessé de s’écouler. Est-ce le froid ? Est-ce un miracle, ou le début d’un cauchemar ? L’homme respire, faiblement et s’ébroue en gémissant.
En fait si le choc a fait un bruit terrible, le blessé a simplement rebondi sur la carrosserie : il n’a rien de vital d’atteint. Il s’assied sur son cul gelé se tâte les jambes, pleines d’ecchymoses, mais aucun os n’est fracassé. Il se dresse en tremblant et tel Frankenstein sort de la forêt, tandis qu’un petit jour fumant éclaire, fantomatique, la route. Deux voitures passent en trombe devant le squelette fumant de la P.T Cruiser. L’ombre d’un humain nu et cabossé ne les fait pas stopper. Peur ? Lâcheté ? Quant-à-soi ? Certainement les trois à la fois.

Lire le texte d’hier


Bookmark and Share

© Black-out

SPIP | | Plan du site | Contactez-nous | Suivre la vie du site RSS 2.0
Conditions générales de vente | Black-out, tous droits réservés

logo region Limousin            logo crl